AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I can help you ||Eve

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: I can help you ||Eve   Sam 18 Avr - 17:00

    Le rendez vous était prévu à 23heures30, mais j'étais bien trop impatiente de revoir mon amie pour attendre d'avantage, seule et en m'ennuyant. Je me préparais donc à sa rencontre, pour la première fois depuis longtemps. J'étais anxieuse et mon ventre me faisait mal, bien que j'avais déjà mangé. Je voulais lui montrer que j'étais heureuse, mais était-ce vraiment le cas? De toutes les manières possibles, je me sentais horriblement seule à ce moment là, et je ne voulais qu'une seule chose: Revoir Eve.
    Ma mémoire était exelente, et je me rappelais parfaitement tous ces moments passés ensembles, à essayer de connaitre tout sur l'espèce humaine, leurs habitudes et leurs envies, afin de paraitre comme eux après notre sortie. Nous étions comme deux soeurs, sans même savoir ce que c'était, toujours fourrées ensemble à vouloir connaitre plus, encore plus, toujours plus. Nous voulions tous savoir sur les humains et plusieurs fois même, avons regretter de ne pas en être.
    Je me trouvais dans ma salle de bain et commençais à me changer avant d'aller au point de rendez vous. Faisant glisser ma nuissette gardée toute la journée le long de ma peau, j'espérais secrètement qu'elle était aussi impatiente que moi de nos prochaines retrouvailles. Une fois par terre, je l'échangeais contre une robe légère blanche. L'été était arrivé à grande vitesse et j'étais bien contente d'avoir enfin pu ranger mes manteaux trop lourd et trop encombrants à mon gout.
    Fermant la porte d'entrée de ma chambre d'hôtel, j'entendais des pas de l'autre côté du couloir. Mes sens étaient bien plus développés que ceux des humains et j'arrivais à entendre une mouette voler à deux kilomètres à la ronde. L'envie de savoir qui était dans ce couloir me démangeais, mais il me fallait d'avantage aller à la rencontre d'Eve, mon amie, du moins, je l'espérais. Descendant les étages sans même prendre la peine de monter dans l'ascenseur, je n'arrêtais pas de penser aux prochaines heures, que j'attendais avec impatience mélangée avec de l'appréhension.
    Je courais ensuite dans les rues de la ville en essayant de ne pas trop m'essouffler afin de montrer ma bonne santé. Je voulais lui prouver que j'avais réussi à survivre en compagnie des humains et que je n'avais pas échoué. La forêt étais à plusieurs kilomètres de la sortie de la ville, et je courais toujours le long de l'unique route qui pourrait m'y emmener.
    Sous les arbres, l'air était plus sombre, comme moins oxygéné et la hauteur des troncs, ainsi que leurs feuillages recouvrant totalement le sol me donnaient une légère sensation de claustrophobie. Je n'aimais pas cette impression de déjà vu, en sachant pertinemment que ça n'avait jamais été la cas mais ne voulais pas repartir. J'avais attendu ce moment depuis bien trop longtemps pour le gacher. j'avais décidé que tout serai parfait et qu'on se retrouverai, comme avant... Même si je savais, au fond de moi que plus rien ne serai comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Lun 20 Avr - 0:28

Eve ne savait pas exactement comme elle s'était retrouvée ici. Toujours sans chambre d'hôtel, elle n'avait pas osé retourner en ville après avoir attaqué Enea. Bien qu'elle se soit promis de prendre une chambre après leur promenade, le fait d'avoir failli tuer quelqu'un, qui habitait dans ce même hôtel, lui avait soudainement couper toute envie. Voilà déjà cinq jours que l'immortelle était à La Crosse, et elle ne comptait pas partir d'ici. Même après la querelle avec Tristan, elle n'arrivait pas à se convaincre de partir, et ce probablement en raison de sa découverte du lieu de résidence de toutes les expériences, et surtout à cause d'Oméga. Oméga... Même après sa fugue solitaire de l'Area 51, Eve n'était pas parvenue à l'oublier.. Elle s'était pourtant convaincue qu'elle ne la reverrait jamais - ou plutôt qu'elle ne reverrait jamais aucun autre de ses semblables - mais, heureusement, elle s'était trompée.
Eve restait ici, sans bouger, sans respirer, les yeux grands ouverts, sans ciller, fixant de son regard vide d'expression le ciel étonnamment bleu ce jour-là.
Voilà déjà deux heures qu'elle se laissait flotter là, à la surface du Mississipi. L'eau était froide, et ses vêtements seraient certainement trempés pour le rendez-vous, mais cela lui importait peu. Tout ce qu'elle désirait, c'était de la tranquillité, et le fleuve était le seul endroit où elle pouvait en trouver. Elle avait passé deux longues heures à se remémorer tous ces souvenirs avec sa Oméga qu'elle avait abandonné à leur évasion. Tous ces souvenirs, elle s'était obligé à tous les effacer de sa mémoire, les uns après les autres, douloureusement, mais indispensablement. Combien de fois avait-elle rêvé de la revoir ? De lui raconter des futilités de la vie ? De se moquer des autres ? De se lancer dans l'étude mystérieuse du mode de vie des humains ? Combien aurait-elle donné quelques jours auparavant pour la voir ne serait-ce qu'une minute ?
Seulement, maintenant qu'elle y était... elle doutait. Une étrange boule s'était formée dans son estomac, et ne semblait pas prête à partir. Et si Oméga avait changé ? Si elle n'était plus la même ? Et surtout... Les deux immortelles n'avait probablement pas les mêmes convictions... Une vampire végétarienne - même si elle avait du mal à se contrôler - n'était pas ce qui y avait de plus commun.
La brune jeta un coup d'oeil à sa montre. Elle était stoppée à une heure, c'est-à-dire, l'heure à laquelle elle avait plongé dans le fleuve. Eve soupira, ferma les yeux quelques secondes et regagna la rive à la nage. Elle s'agenouilla au bord de l'eau, détacha ses cheveux, les essora avant de faire de même pour son jean. Eve enfila ses chaussures - seuls objets secs qu'elle possédait - et retira sa montre de son poignet. Elle la regarda quelques instants avant de la jeter dans le Mississipi. De toutes manières, elle ne la regretterait sûrement pas. De mauvaise qualité, elle lui rappelait trop de mauvais souvenirs, dont l'épisode de L'Iowa ou de la vieille ville.
Elle estimait qu'il était environ 15 heures, ce qui lui laissait largement le temps de se rendre présentable avant le rendez-vous, prévu à 23 heures 30. Il était censé se faire dans la forêt. Où, exactement, Eve ne savait pas, mais elle accordait une confiance presque aveugle à son odorat.
L'immortelle se releva et se dirigea vers les bois. Elle estimait que chasser avant l'heure H ne serait pas un luxe inutile. Eve aiguisa ses sens, et dénicha rapidement une biche, qui n'eut pas la chance de survivre très longtemps. La jeune vampire abandonna le cadavre de l'animal sur place, sans se soucier de son sort. De toutes façons, vu l'état dans lequel il se trouvait actuellement, personne ne pourrait trouver de traces et pourrait facilement songer à une attaque d'un prédateur animal. La brune prit quand même la précaution de le camoufler sous un tas de feuilles, derrière un arbre centenaire.
Eve repartit à la recherche d'une autre victime, mais se rendit vite compte de l'état déplorable de ses vêtements : humides, immaculés de sang et de terre, ce n'était pas le meilleur moyen de faire une bonne impression à sa meilleure amie, du moins, elle espérait qu'elle l'était toujours. La brune eut alors une idée : depuis sa fugue de l'Area 51, étant seule et sans un sous, le vol était devenu une activité banale, habituelle, presque quotidienne, et bien sûr, facile pour un vampire. Voyageant à travers le pays et les états, elle n'avait pas d'endroit fixe où entreposer ses biens, voler était donc la solution la plus simple.
Elle calcula rapidement dans sa tête : c'était un dimanche. Le jour idéal, car toutes les boutiques étaient fermées. Eve se rappela d'un magasin à l'Est de La Crosse où elle avait déjà dérobé une paire de converses le premier jour, sans alarme ni caméra, c'était l'idéal.
Elle se mit donc en route pour la ville, tentant se faire partir les tâches les plus voyante afin de ne pas attirer l'attention. Mais dès qu'elle arriva dans les rues de la commune, tous les regards étaient dirigés dans sa direction. Probablement à cause de son tee-shirt parsemé de sang et de terre, mais aussi en raison de sa blancheur maladive et de sa beauté presque irréelle. Elle arriva rapidement à destination, après quelques minutes de marches intensives afin d'éviter les yeux trop interrogateurs à son goût des passants. Heureusement, la rue était déserte. Eve jeta un coup d'oeil par dessus son épaule, par sécurité, et souleva sans difficulté la grille de fer qui protégeait l'échoppe. Elle sourit : un jeu d'enfant. Elle entra, et referma la grille derrière elle. La porte ne lui posa aucun problème : une clef était dissimulée sous un pot de fleurs devant l'entrée, à l'instar d'une maison. Elle pénétra dans le magasin, et revit le décor qu'elle avait déjà vu quelques jours auparavant : un comptoir sur lequel était installé une caisse électronique, des étagères où étaient soigneusement rangés vêtements et chaussures, des rideaux en guise de cabines d'essayages dans un coin de la pièce... Elle se sentait comme une gosse de huit ans dans un magasin de jouets. Eve savait cependant qu'il était indispensable de faire vite, et sans laisser aucune trace de son passage. Apparemment, les propriétaires ne s'étaient pas aperçus de sa première visite...
L'immortelle se hâta de choisir une robe - noire - et une paire de richelieus vernis assorties. Elle se paya même le luxe de quelques bracelets argents, d'un sautoir, et, bien sûr, d'une nouvelle montre. La brune attrapa une pince, brossa ses cheveux encore humides, et les ressembla en une demi-queue de cheval. Simple, mais sophistiqué. Elle enferma ses vêtements sales ainsi que la brosse usagée frappé du nom de l'enseigne qu'elle garda à la main.
Eve prêta une attention toute particulière à effacer toute trace, et sortir incognito de la boutique. Elle jeta son sac dans une poubelle quelques rues plus loin.
Elle observa sa nouvelle montre : 17h... Elle soupira, et n'avait plus qu'à attendre l'heure du rendez-vous.


Dernière édition par Eve P. Leigh le Dim 26 Avr - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Lun 20 Avr - 16:50

    Omega prenait son temps pour arriver au point de rendez vous, puisqu'il était prévu à 23heures3 et qu'il n'était pas encore 18heures. Deux heure d'attente l'attendaient donc avant l'arrivée d'Eve. Dans la forêt se trouvait un petit lac où Omega venait régulièrement se baigner lorsqu'elle n'avait rien d'autre à faire. Elle aimait particulièrement le clapotis de l'eau contre sa peau pale, telle une musique familière. Les inhumains avaient été fabriqués puis insérés dans des cuves pleines de liquide amniotique jusqu'à ce qu'ils furent assez développés pour réussir à vivre en dehors. A ce moment là, les scientifiques chargé de leur espèces les ont "fait naître" et les ont emmené dans une salle pareille à une maison pour augmenter leur ressemblance aux humains. Ils avaient été crées à la base pour remplacer les membres de personnes malades ou handicapés, mais lorsque les chercheurs ont découverts leurs capacités inhumaines et leurs sens aiguisés, ils avaient décidé d'en faire des personnes à part entière. Des gens qui vivraient dans une cage ressemblant à une maisonnette, pour tester l'intégrale leur puissance et leurs capacités, puis, peut-être en faire des citoyens faisant régner l’ordre et utilisés à servir éternellement d’insignifiants besoins de riches acheteurs.
    Seulement ce groupe d’inhumains s’est échappé, un jour de pluie. Omega et la bande avaient appris à vivre comme des humains ainsi que leurs différences. Ils décidèrent de s’en servir pour s’échapper de la prison et de vivre une vie normale, comme si ils étaient de simples humains, sans être des produits de consommation. Grace à leurs armes de charme, Omega et Eve avaient charmé le gardien puis lui avait pris les clés, prenant grand soin de manger leur premier vrai repas. Omega se rappelait avoir adoré le goût de son sang. Bien plus sucré que le sang animal qu’ils leur donnaient à l’époque. Mais ce fut la seule personne qu’elle tua. En effet, lorsqu’elle se retrouva seule dans cette ville immense et qu’elle appris à connaître les humains, elle se rendit compte qu’ils n’étaient pas tous comme ces scientifiques. Ils étaient… Intéressants… Gentils….
    C’est pour cela qu’elle décida bien vite qu’elle ne se nourrirait que de sang animal, malgré les sensations que cette aventure lui avait apporté. Ce sentiment de liberté totale lorsque les dents frôles la peau, ce goût de sucré mélangé à du fer globulé parfaitement et ce planage en l’avalant lentement. Ce sentiment, elle l’avait partagé avec son amie de l’époque, Eve. Le problème était qu’elle avait arrêté d’assassiner et qu’elle n’avait pas envie de reprendre contact avec un tueur, même avec tous les souvenirs partagés ensemble, ça ne suffirait pas à accepter qu’elle mangerai peut être un jour l’un de ses amis.
    Omega fit glisser sa robe par terre et entra lentement dans l’eau, comme si elle craignait l’hydrocution. Depuis qu’elle avait appris à connaître les humains, elle essayait tant bien que mal de vivre comme eux, d’avoir les mêmes points de vue et de ne pas faire d’erreurs qui pourraient la dénoncer. Car si cela arrivait, elle serai probablement renvoyée au centre et serai tuée, ou pire, retrouverai sa vie d’avant, seule cette fois. Elle nagea lentement sur le dos, sentant la fraicheur lui donner des frissons de temps en temps. Que c'était bon de se sentir comme tout le monde, humaine. Après environs une heure de nage, la jeune vampire sortit de l'eau, en compagnie de sa grâce naturelle et se sécha en quelques secondes, puis remis sa robe d'été. Elle attrapa une branche et s'en servi pour se recoiffer les cheveux.
    Les soleil à se cacher à l'horizon et Omega frissonna après qu'un courant d'air l'ait frôlé. Elle s'était assise par terre, à l'endroit où se déroulerai le rendez vous, attendant impatiemment l'heure prévue pour revoir son amie. Et si elle se ramenait avec un cadavre? Et si elle lui proposait d'en manger avec elle?
    Les angoisses commençaient à arriver et le ciel était de plus en plus sombre. L'heure approchait à grands pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Mer 22 Avr - 3:20

Eve avait une envie irrépressible d'ignorer l'heure du rendez-vous prévu, et de foncer à l'hôtel, où logeait certainement Oméga. Elle avait la stricte impression que les aiguilles de sa nouvelle montre étaient restées figées à sa sortie de la boutique de vêtements. Mais comment le temps, généralement si rapide, pouvait passer si lentement ? Il fallait qu'elle trouve quelque chose à faire en attendant l'heure si désirée... Aller à la bibliothèque ? Non.. Les humains qui la fréquentaient étaient d'ordinaire si... orgueilleux. Ils pensent tout connaitre, tout savoir, de la vie, du monde, des gens. Mais en réalité, ils ne savent que ce que le gouvernement accepte de leur dévoiler. Donc, évidemment, l'Area 51, Genesis et les expériences étaient exclus de tout ce qui aurait pu composer leur savoir si convoité. Eve secoua frénétiquement la tête, comme pour chasser cette idée, et ces pensées de sa tête. L'immortelle se sentait observée ces derniers temps, comme si elle venait de réaliser que ses semblables avaient, pour la plupart, des dons, plus ou moins exceptionnels. Et lire dans ses esprits d'autrui en faisait probablement partie.
Elle écarta également l'hypothèse d'aller se promener - Mississipi, chasse ou autre - voler l'amusait peut-être, mais ces pillages trop nombreux finiraient par se faire remarquer, traces ou non.
Eve poursuivait ainsi sa marche, tournant et retournant toutes les possibilités dans son esprit, comme si les repasser allait changer quelque chose. La brune se plongea dans l'observation de ses mains, ne sachant que faire d'autre... Soudain, elle sentit une odeur. Une odeur malheureusement bien trop familière. Celle d'Enea. Une grosse boule se forma dans sa gorge, s'ajoutant à celle qui était déjà présente dans son estomac. Elle leva la tête : la jeune femme qu'Eve avait attaqué, malgré elle, la veille, était bel et bien présente, devant elle, à quelques mètres seulement de l'immortelle. Mais elle était folle, ou quoi ? Si elle tenait réellement à mourir, qu'elle le dise, mais qu'elle ne nargue pas ainsi le contrôle si fragile d'Eve... Celle-ci priait intérieurement pour que l'humaine ne l'ait remarquée, elle, et tourna précipitamment dans la première rue adjacente qui s'offrait à elle.
Elle réfléchissait à toute vitesse, s’efforçant de ne pas penser à Enea. Comment pouvait-elle être si malchanceuse ? Ca relevait presque du fantastique…
Bon, résumé, Eve avait des fringues toutes neuves, donc ne préférait pas aller trainer dans des endroits trop salissants, histoire de ne rien salir, elle ne voulait sûrement pas retourner en ville, de peur de se retrouver nez à nez avec sa chère et très estimée Enea, ou, pire, avec Tristan. Instinctivement, elle se rendit sur le lieu du futur rendez-vous. Elle jeta, pour la vingtième fois, au moins, de cette journée, un nouveau coup d’œil à sa montre : 20h… Oh, et puis, tant pis si elle avait trois heures et demi d’avance. Eve serait au moins sûre de ne pas être en retard, comme à sa grande habitude, bien qu’elle n’eut pas vraiment l’occasion de se rendre à des rendez-vous ces temps-ci…
L’immortelle prenait tout son temps pour atteindre les bois, marchant à petits pas lents, prenant le temps d’admirer le décor qu’elle connaissait déjà tant, jouant avec ses bracelets déjà rayés…
Très vite, elle sentit l’air se rafraichir, en raison de l’ombre que les feuilles et branches des arbres apportaient, et de l’heure de plus en plus tardive. Le trajet, qu’elle aurait d’ordinaire effectué en quelques minutes lui avait prit presque une demi-heure cette fois-ci. La nuit était à présent tombée, et les étoiles, pour une fois non camouflées par les nuages, étaient bien visibles. L’air était d’une fraîcheur agréable, et une légère brise emmêlait peu à peu ses longs cheveux bruns sur ses épaules.
Eve arriva au lieu prévu avec trois heures d’avance, bien consciente de devoir patienter encore longtemps. Soudain, alors qu’elle s’en approchait de plus en plus, elle distingua une silhouette au loin, assise à même le sol. L’immortelle grimaça : si quelqu’un avait l’intention de gâcher leurs retrouvailles, elle allait bien s’amuser. Elle ne voulait évidemment pas tuer cet individu très mal tombé, mais au moins lui faire peur, très peur…
Eve approchait lentement, un large sourire étiré sur les lèvres, ses dents blanches et parfaitement alignées bien en évidence. Mais plus elle progressait, plus elle perdait son expression, reconnaissant l’odeur de cet humain… Tout à coup, elle s’arrêta sur place. L’individu était assis de dos, caché par l’ombre d’un arbre, mais Eve l’aurait reconnue parmi mille.

« OMEGAAAA !!! »

Elle n’avait pas pu se retenir. Ce prénom était sortit seul de sa bouche, comme à son insu, prononcé d’une voix suraigu et enjouée. Combien de temps avait-elle attendu ce moment ? Après tout, c’était justifié… Eve courut en direction de son amie, et se jeta à son cou, sans attendre de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Mer 22 Avr - 12:20

Omega s’était assise au pied d’un arbre en attendant l’heure du rendez vous avec impatience, tel un enfant attendant le jour de Noël. Au fur et à mesure que le temps passait, elle bouillonnait de l’intérieur, ne sachant que faire et que penser pour arrêter de craindre ce moment tant désiré et attendu. Elle n’allait faire que revoir une vieille amie, rien de plus. A moins que l’amie en question ne soit plus ? Qu’elle ait changé et qu’elle ne veuille plus de son amitié ? Pourquoi ferait-elle ça ? Omega et elle avait grandi ensemble dans cette cage et s’en sont échappée toujours main dans la main. Pourquoi ne voudrait-elle plus de son amitié à présent qu’elle connaissait la vie extérieure ? Peut-être qu’elle se serait rendue compte qu’elle n’était rien comparée à la chair humaine, au sang humain ou alors, qu’elle s’était faite de nouveaux amis, plus drôles et plus gentils… Peut-être était-elle amoureuse ? Pourquoi pas ? Dans les souvenirs d’Omega, elle était toujours merveilleusement belle et ça ne l’aurait pas étonné tant que ça qu’elle ait rencontré quelqu’un…
Pendant que son esprit vagabondait à de pareil questions-réponses, la jeune femme sentit un souffle aigu crier son nom. Elle n’eut pas le temps de se retourner que quelqu’un l’encerclait de ses bras. Aucune hésitation ne fut possible, il s’agissait bien de Eve. Son odeur chaude et sucrée si familière n’avait absolument pas changé et la douceur de sa peau, malgré quelques griffures sur les poignets non plus. Elle était bien la jeune femme qu’elle avait connu, son équipière, son amie. Quand cette information fut enfin tilt dans sa tête, la reaction fut immédiate :
« O mon Dieu, Eve ! »
Resserrant son étreinte et n’arrivant toujours pas à y croire, Omega essayait de sentir le plus possible l’odeur de son amie se promettant de ne plus jamais, jamais l’oublier. En effet, après leur séparation, l’inhumaine avait tout fait pour sortir son amie de ses souvenirs, en vain. Elle était encrée à jamais, et il lui avait été impossible d’abandonner toutes ses étapes passées ensemble.
Quelle heure était-il ? Omega n’en revenait pas d’avoir vaguer à ses pensées durant plus de trois heures…
Le temps était à présent plus calme, le ciel était à noir et quelques étoiles le perçait par ci par là histoire de mettre un peu de lumière. Malheureusement la hauteur et l’épaisseur des arbres cachait les couleurs qui se cachaient derrière la noirceur du ciel. Omega aimait déterminer les couleurs du ciel que seuls les Immortels pouvait voir avec les mots qu’employait les humains. Seulement, elle s’était rendue compte qu’ils ne connaissaient pas la moitié des couleurs qui existaient, les plus belles et colorées leur étaient encore inconnues. Elle trouvait ça dommage que la plupart des gens de cette ville ne pensaient qu’au travers de ce qu’on leur racontait. Ils ne croyaient qu’en ce qu’ils voyaient. Ou presque. La plupart des habitants de La Crosse croyaient en quelqu’un ou quelque chose qu’ils appelaient Dieu… (d’où vient l’expression utilisée) mais Omega ne comprenait pas encore pourquoi ils croyaient tous en lui, qui avait été tué presque comme on tuait les sorcières comme Jane Darc. Elle ne comprenait pas non plus pourquoi ils pensaient tous que la magie était forcément mauvaise... Tellement de questions trottinaient tranquillement dans sa tête...
Mais Eve était là, tout près d'elle et n'avait pas changé. Quoi de plus réconfortant?
La jeune femme retira son amie de son étreinte et la regarda. Toujours aussi magnifique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Jeu 23 Avr - 3:11

[Je me permets de faire mes textes à la première personne du singulier à présent, car je me sens bien plus à l'aise avec. Et je m'excuse d'avance pour le nombre de lignes, mais mon ordi a effacé le RP deux fois...et je n'avais pas le courage de ré-écrire mon texte intégralement ^^"]

J'étais tout bonnement incapable de lâcher Oméga. La scène était très clichée des feuilleton de télévision mal joués et qui faisait appel à la sensibilité souvent enfouie des téléspectateurs. Elle aurait fait très bien dans Plus belle la vie ou amour, gloire et beauté. Deux meilleures amies, séparées après un tragique accident, fêtant leurs retrouvailles tant attendues par une étreinte, éclairées par le clair de lune dont la lueur argentée reflète sur le feuillage touffu des arbres centenaires. Je suis convaincue que si une caméra était dissimulée sous un tas de branches à ce moment précis, le réalisateur des feux de l'amour aurait tenu là sa scène finale parfaite. J'étais persuadée que ma vie - si on peut nommer mon existence sur Terre ainsi - n'était constituée que de clichés. J'avais la sensibilité surjouée de la jolie blonde de Plus belle la vie, la maîtrise pitoyable de Louis, mais l'humour noir et décadent de Lestat, la fierté du chanteur d'Oasis, le sérieux minable de Juno, la beauté de, paraissait-il, Monica Belluci, la peau légèrement dorée en moins, et la liste est longue.
Et l'égarement constant d'André Manoukian.
Une voix douce et familière, que j'avais cru avoir oublié, me sortit de mes songes :

"O mon Dieu, Eve !"

Je la lâchai enfin avant d'observer chaque millimètre carré de son visage. C'était heureusement le même que celui que j'avais lâchement abandonné quelques mois plus tôt. Aucun détail ne m'échappait : sa peau d'une pâleur éblouissante, semblable à la mienne, ses longs cheveux bruns qui lui tombaient dans le dos, ses yeux immenses et rieurs, et, bien sûr, son odeur si unique. Subtile, délicate, sucrée et florale... Magique. Je la scrutai ainsi quelques minutes, sans prononcer un mot. Nous savions toutes deux que parler était tout simplement inutile. Le silence n'était pas gêné, juste incroyable. Soudain, je m'éloignai un peu d'elle, comme si j'avais un besoin urgent de me dégourdir les jambes. Je fis quelques mètres avant de m'asseoir sur une souche d'arbre parsemée de mousse et de champignons. M'asseoir ne signifit cependant pas la même chose que pour la plupart de mes semblables, ou des humains, jambes en équerre, pieds posés au sol, dos plus ou moins droit... Non. Pour moi, m'asseoir signifit m'accroupir sur ma souche, sur la pointes des pieds, mains prenant leur appui sur le bois dur du reste de l'arbre. Ma position avait un quelque chose d'animal, comme le prédateur affamé prêt à bondir sur sa malheureuse victime. J'étais sûre que si je n'avais pas été une immortelle, j'aurais été une hybride. Un félin. Un lynx peut-être ? De toute manière, je n'aurais certainement pas été une métamorphose. Déjà, j'étais incapable de me fondre dans la masse. Ensuite, comme la majorité des immortels, j'avais un don. Un don que je m'interdisais d'utiliser. Contrôler les mouvements des gens, les contraindre à faire quelque chose qu'ils ne décident pas de leur plein gré me répugne. Je me demandai quel était celui d'Oméga. En avait-elle un, d'ailleurs ? Je n'avais pas le souvenir qu'elle m'en avait déjà parlé. Peut-être était-il trop dérangeant pour qu'elle ne veuille le partager... Ou peut-être était-ce une information que j'avais rayé de ma mémoire, comme beaucoup d'autres souvenirs... Je me promis de lui poser la question ce soir, si les circonstances me le permettais.
J'avais des millions de questions à lui poser. Par où commencer ? Qu'avait-elle fait lorsque, moi, je traversais la moitié du pays ? Etait-elle végétarienne ? Comment s'était-elle retrouvée à La Crosse ? Je réfléchis plusieurs secondes, admirant en même temps la pleine Lune, cachée par endroits par les branches des plus hauts arbres. Je tranchai finalement pour une question simple, mais une des plus importantes :

"Comment vas-tu ?"

J'avais posé la question d'une voix douce et rassurante, comme pour lui montrer qu'elle n'avait pas à me mentir, qu'elle pouvait tout me raconter, absolument tout, comme à l'époque de l'Area 51.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Jeu 23 Avr - 12:59

    [Moi je m'en fiche donc je vais prendre la même personne que toi, ça sera plus joli à lire à mon avis]

    La voix rassurante que mon amie s'était efforcé à prendre était douce et suave, mais sous le ton d'interrogation, elle tournait presque à la caresse lorsqu'elle atteignait doucement mes oreilles sensibles. Je prenais le temps de la regarder: sa peau voluptueuse et laiteuse que nous avions en commun d'ailleurs, ses yeux noisettes tout autan piqués de pépites dorés qu'autre fois, son nez fin et doux et enfin, sa bouche, recouverte de lèvres légères mais pulpeuses, quelque peu rosées-elle venait de manger apparemment-toujours la même Eve. Mon Eve. Ma moitié. J'entrepris de déterminer plus attentivement ses vêtement, mais elle me posa une question, habituelle mais pourtant si surprenante:
    "comment vas-tu?"
    Bien sur cette question était très habituelle et si peu originale, mais venant de mon amie, elle était tout à fait fascinante pour moi. C'était pourtant évident que 'allais bien, puisqu'elle était avec moi à présent, mais puisque aucune de nous, à ce que j'avais cru comprendre, n'était télépathe, il me fallait lui répondre:
    "Je vais bien maintenant"
    Je voyais une lueur de plus s'allumer dans ses yeux, ses yeux pépites. C'était très agréable de savoir que je pouvais ajouter une étoile dans son regard, rien qu'en disant que j'allais bien. Mais était-elle heureuse? Avec ces longs mois de séparation, elle avait peut être vécu des choses incroyables, et je jalousais quelque peu de pas en avoir fais partie, mais je voulais quand même tout savoir en détail sur ce qui lui était arrivé, le chemin qu'elle avait parcourut pour atterrir à LaCrosse et les personnes qu'elle avait rencontrées. J'étais certaine que son histoire était bien plus intéressante que la mienne, pauvre fille paumée qui arrive, après quelques jours de marche dans une ville inconnue, où elle apprend à être faussement humaine en regardant les autres personnes vivre. Etrangement, je n'avais pas eus le comportement que les scientifiques nous avaient prévus. Je ne craignais pas les hommes et savais parfaitement me contrôler en leur présence. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il m'avait été facile de devenir végétarienne. En fait, je ne l'étais pas complètement. C'était comme un enfant qui était interdit de bonbons. Il réussissait tout de même à en prendre dans le pot, au dessus du placard de la cuisine. Moi ce n'était pas des bonbons mais du sang humain. Il m'arrivait de temps à autrede me laisser tenter par une gourmandise humaine. C'était très rare, et je choisissais avec précaution mes victimes, mais cela m'arrivais. Ce mois-ci, j'avais trouvé un garçons plutôt séduisant dans la rue, une ruelle sombre et étroite. Mais il n'était pas comme tous les jeunes garçons. Il forçait une fille d'environs quatorze ans à faire des choses bizarres avec ce qu'il avait dans son pantalon. D'après les cris de la fillette, j'avais compris que ce n'était pas bien, l'avais débarrassé afin qu'elle s'enfuie et l'avais mangé. J'avais encore beaucoup de mal à comprendre tous les comportement des humains, et les rangeais en deux catégories: la bien et le mauvais. Ensuite, pour la plupart, je les étudiais d'avantage, en allant à la bibliothèque. Un endroit très calme où je me plaisais à y lire toutes sortes de livres plus intéressants les uns que les autres.
    Lentement, je me rapprochais d'Eve pour lui demander à mon tour comment elle allait, mais quelque chose m'en enpêcha: Cela ne me regardait peut-être plus. Elle ne voulait peut être pas me raconter tout ce qui lui était arrivé ni me dire simplement comment elle allait. Je retenais mon souffle, puis réfléchis un instant. Elle m'avais posé une question, je lui avais répondu, c'étais donc à mon tour. Ce n'était qu'une politesse.
    "Et toi? Comment vas-tu depuis l'évasion?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Jeu 23 Avr - 15:53

Oméga ne semblait pas dérangée par ma posture. Tant mieux d’ailleurs. En revanche, ma question paraissait l’étonner. En effet, son regard avait allumé une lueur de surprise. Au fond, je ne pouvais pas lui en vouloir. Lui poser ainsi une question aussi banale que « Comment vas-tu ? » alors que nous ne nous étions pas vues depuis des mois pouvait sembler étrange. Mais cette question pouvait avoir deux sens, deux sens presque opposés. Il y avait bien évidemment ce Comment vas-tu de politesse, dans une conversation des plus habituelles, à laquelle l’interlocuteur vous répondra systématiquement qu’il va bien, que sa vie n’est qu’une suite fantastique d’évènements merveilleux, et que vous voir lui est Ô combien important. Et il y a cet autre Comment vas-tu, bien plus profond, et bien plus dérangeant. Celui-ci n’attend pas un simple « Merci, je vais plutôt bien, et vous ? » auquel on répondra que l’on se porte comme un charme. Non. Celui-ci attend une réponse sincère, où l’on avoue et explique nos sentiments les plus noirs et les plus sincères

« Je vais bien maintenant »

Je me mordis la lèvre. Peut-être n’avait-elle pas envie de me révéler ce qu’elle avait fait, ou ce qu’elle pensait. Ou bien avait-elle tout simplement mal comprit ma question… Ou sinon, elle allait bien. Oui, peut-être avait-elle fait des rencontres, visité des endroits superbes, et que finalement, elle allait bien, sans autre sous-entendus.
Je restai sur ma dernière hypothèse, mais je remarquai qu’elle avait précisé « maintenant ». Qu’est ce que cela signifiait ? Je décidai de l’ignorer, mais elle reprit :

« Et toi ? Comment vas-tu depuis l’évasion ? »

Moi ? Oh…moi j’avais tellement à dire. Je ne savais pas si ce retournement n’était que pure politesse ou bien si elle voulait vraiment savoir tout ce que j’avais traversé pour en arriver là. Et même si ma Oméga était là, je n’allais pas bien. Et je n’irai certainement jamais bien. Je ne m’habituerai probablement jamais à ma condition. A rester cachée, à tenter de vivre à la manière de tous ces humains, à faire semblant d’être heureuse…
Après tout, Oméga n’était-elle pas censée être ma meilleure amie ? Je décidai d’être franche :

« Moi… moi je ne vais pas si bien en fait, murmurai-je d’une voix timide, comme par peur de la déranger, ou qu’elle ne le prenne mal. Disons que j’ai un peu de mal à m’habituer à cette vie… »


Mais était-elle toujours ma meilleure amie ? Et si elle avait rencontré quelqu’un de mieux que moi, ce qui n’était pas très difficile ? Je lui jetai un regard interrogateur, attendant une réaction de sa part. Bonne ou mauvaise, peu importe, l’important était qu’elle me dise ce qu’elle en pensait, si elle vivait la même chose, si elle avait les mêmes sentiments que moi. Son avis était si important pour moi …

« Pour tout te dire, j’ai choisis d’être végétarienne, avouai-je avec un sourire ironique, car je trouvais le terme inapproprié. Mais j’ai… un peu de mal à m’y faire. »

Je regrettai immédiatement mes paroles, mais il était trop tard pour les ravaler. Peut-être trouvait-elle ce choix stupide ? Et si elle me blâmait avant de m’abandonner comme je l’avais abandonnée ? Pourquoi avais-je abordé le sujet si tôt ? Au lieu de me mordre la lèvre une nouvelle fois, je me levai, descendis de ma souche d’arbre, attrapai une pierre que j’entrepris de détruire. Ma force m’avait toujours fascinée, et, même si cela était idiot, ça me défoulait. La pierre se transformait peu à peu en cailloux avant de finir poussière. Oméga, elle, ne bougeait pas. Elle n’éprouvait apparemment pas de besoin de s’agiter comme je le faisais. Déduisant que j’avais l’air d’une débile profonde, je proposai :

« Tu connais les environs ? Tu voudrais peut-être aller quelque part en particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Jeu 23 Avr - 22:57

    Je n'avais absolument aucune envie de bouger d'ici. Cet endroit calme était parfait pour parler après des mois d'absence. Je voulais qu'Eve me raconte en détails tout ce qu'elle avait parcourut depuis notre séparation, et elle décidait apparemment de commencer dés maintenant, à ma plus grande surprise. Elle avait commencé à se confier à moi alors que ça ne faisait même pas une heure qu'on s'était retrouvé. Quoi de plus merveilleux que de retrouver une amitié intacte après des mois de séparation? Eve me dit qu'elle avait énormément de mal à s'intégrer et à s'habituer à la civilisation tout d'abords, ce qui ne m'étonna guère, car on nous avait prévenu que ça pourrait être difficile. Ce qui était bizarre, c'était le fait que je n'avais pas eus de problèmes avec ça personnellement. J'étais donc très heureuse de retrouver ma meilleure amie en bons termes. Omega n'eut pas le temps de répondre que la jeune femme continua en lui avouant qu'elle avait pris la décision d'être végétarienne. Au sourire qu'elle fit au moment de prononcer le mot "végétarienne", je comprenais qu'elle trouvais ça aussi ridicule que moi. Je me réjouissais de cette nouvelle et me détestais d'avoir pu imaginer qu'un "ange" comme Eve pouvait être canibale. Mais quelque chose dans le ton de sa voix me fit penser qu'elle n'était pas tout à fait végétarienne,comme elle le disait. De plus, elle m'avait aussi avoué qu'elle avait du mal à s'y faire, ce qui ne m'étonna pas non plus. Je savais que ça aurait du être très difficile pour moi aussi, mais par chance, j'avais un don assez spécial et me plaisais à penser que ma facilité d'adaptation en faisait partie.
    Une seule phrase réussit à sortir de ma bouche à ce moment là:
    "Je t'aiderai".
    Un phrase simple et courte, qui prouvait énormément de choses. Premièrement, l'emploi du futur montrait que je voyais un avenir avec elle, puis le fait d'aider. Je voulais qu'elle se sente autant à l'aise avec les humains que moi, il n'y avait pas de raison pour que se soit autrement que comme ça.
    Pourquoi est-ce que je n'avais jamais rencontré de difficulté à l'égard des hommes et mon amie si? Je trouvais ça injuste et voulais absolument l'aider à surmonter ça.
    "Fais moi confiance, je t'aiderai"
    Je répétais alors. Et je lisais dans ses yeux qu'elle avais en effet confiance, ce qui me rendit la partie de mon coeur que je croyais perdue à jamais après qu'Eve ai quitté ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Dim 26 Avr - 2:05

Je déglutis avec difficulté, redoutant sa réaction. J'étais toujours accroupie sur le sol jonché de feuilles mortes mais avais cessé de réduire en poussières ces pauvres cailloux innocents. Oméga me dévisageait d’un air songeur. A quoi pensait-elle ? Fuir ? Se moquer ? S’intéresser ? Un frisson me parcourut toute entière. Il n’était évidemment pas dut à la fraîcheur des bois, j’avais au contraire l’impression que l’air était exactement à la même température que ma peau. C’est-à-dire, aux environs des cinq degrés. Non, c’était ce silence. Ce silence insupportable que je n’osais pas rompre. Soudain, la magnifique immortelle qui se tenait devant moi ouvrit la bouche et murmura :

"Je t'aiderai".

Je t’aiderai. Trois mots, simples, mais qui avaient tellement de sens ! Ne sachant quoi dire, faire ou même penser, je me contentai de la regarder bêtement, elle reprit :

"Fais moi confiance, je t'aiderai"

Oh mon Dieu. Ma sensibilité me perdra probablement un jour. Pourquoi ? Pour la bonne raison que ma première réaction fut de fondre en larmes avant de me jeter à son cou. Je restai ainsi ma tête contre son épaule, mes bras froids enroulés autour des siens sans parvenir à décrocher un seul mot. Un étrange mélange de sentiments se bousculaient dans mon esprit. D’abord, de la reconnaissance. Je savais qu’elle se doutait qu’aider un immortel à ce niveau était d’une difficulté indescriptible. Mais aussi des regrets. Oui, je regrettais tant d’être partie après notre évasion de l’Area 51. Je regrettais d’avoir abandonné Oméga. Je regrettais de ne lui avoir laissé qu’une lettre minable. Une lettre minable où je lui expliquais en quinze pauvres lignes qu’elle aurait un bien meilleur avenir sans moi. Elle, qui arrivait tellement bien à se faire passer pour une humaine, qui les comprenaient, les respectaient et les copiaient à la perfection. Contrairement à moi. Et, enfin, de l’incompréhension. Comment, après mon comportement plus que déplorable, pouvait-elle me pardonner, et plus encore, me venir en aide ?
J’espérais que ma Oméga comprendrait la, ou plutôt les causes de mes larmes, car j’étais incapable de lui dire tout cela maintenant. Sûrement plus tard, si il y avait un plus tard…
Lorsque je la lâchai - pour la troisième fois depuis un quart d’heure - une moue protectrice était dessinée sur son visage délicat, ce qui me rassura fortement.
Je lui retournai son sourire et me remis à marcher avant de grimper sur une branche d’arbre assez basse et de m’attaquer à l’écorce. Qui n’était pas plus coupable que les cailloux d’ailleurs. Je comprenais que c’est à présent à moi de parler. J’ouvris la bouche pour la remercier, mais, à la place d’un simple « Merci » fusa un :

« Omé, je peux te poser une question ? »

Je cessai d’arracher le bois pour la regarder. L’intéressée me dévisagea quelques secondes avant d’acquiescer. J’enchaînai, reprenant par la même occasion mes activités :

« C’est quoi ton rêve, à toi ? »

Question qui pouvait paraître complètement hors-sujet, mais qui avait un rapport presque évident, pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Dim 26 Avr - 12:57

    Eve était effondrée. Elle me pris dans ses bras fin et frêles pour trouver un peu de réconfort. A ce moment là, je comrpis que les mois qui nous avaient séparé n'avaient pas été aussi simple que ça pour mon amie. Elle avait besoin d'aide, c'était évident et je n'avait pas été là. J'avais été lâche et inutile pour ma meilleure amie et je m'en voulais. Mais ça nétait pas le moment de se faire des reproches, il fallait avant tout lui montrer qu'elle n'était plus seule et que j'étais là pour l'aider. Je resserais donc pour la deuxième fois mon étreinte autour d'elle et lui caressais le dos. Je suis là... Ne t'inquiète pas je suis là maintenant... Avais-je envie de lui dire. Mais je n'en fis rien, et je le regrettais. J'avais refais ma vie presque en tant qu'humaine et je n'arrivais même pas à la réconforter. Je me haïssais le plus possible car j'étais partie faire ma vie tranquillement juste parce qu'elle me l'avais demander, sans même avoir pensé qu'elle était en danger. Si, bien sur j'y avais souvent pensé, mais je n'avais jamais rien fais, de peur d'être repoussée. Qu'elle imbécile j'étais. Après nous être séparées, elle s'essuya les larmes qui ruisselaient encore d'un revers de main et reprit ses esprit. Puis, un grand silence s'installa et je baissais la tête pour réfléchir. Qu'elle sorte d'amie avais-je pu être? J'avais été lâche et n'avais pensé qu'à moi-même, la laissant seule. Et pourquoi m'avait-elle demandé de partir, alors qu'elle savait surement qu'elle aurait des problèmes? Je ne comprenais pas, mais il était préférable de ne pas en parler pour le moment. C'est à ce moment là qu'elle décida de dire quelque chose:


    « Omé, je peux te poser une question ? »

    Bien sur qu'elle le pouvait. Je n'avais rien à lui cacher de toutes façons. Elle était mon amie, ma moitié, et même si nous avions été séparées durant tout ce temps, j'avais besoin d'elle autant qu'elle avait besoin de moi.

    « C’est quoi ton rêve, à toi ? »

    Jamais je n'aurais cru que sa question était celle-ci et je n'avais pas de réponse. Je me retrouvais donc complètement muette. Ca n'était pas pour moi une interrogation génante, juste difficile à répondre car je n'y avais jamais vraiment pensé auparavant. Qu'étais mon rêve? Avais-je un rêve d'ailleurs? Bien sur que j'en avais un, toutes personnes qui se respectent en avaient. Plusieurs mêmes chez quelques humains. Mais je ne trouvais pas le miens, et le silence s'installa peu à peu que je cherchais. Puis, l'évidence me frappa.

    « Je veux avoir une vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Dim 26 Avr - 22:47

« Je veux avoir une vie. »

Les mots résonnèrent dans ma tête comme un écho sans fin. En réalité, je ne m'attendais pas à cela. Mais au fond, c'était si évident que ça en devenait stupide. Ça pouvait être un voeu si futile pour n'importe qui, mais pas pour nous. Nous, nous aurions tout donné pour avoir une vie banale, normale, se fondre dans le décor, passer inaperçues, ne pas attirer tous les regards sur notre peau neige ou notre grâce improbable. Bien entendu, nous savions qu'un nombre incroyable de personnes auraient offert n'importe quoi pour être différents, originaux, mais ils ne connaissaient pas leur chance, et ne la connaîtront probablement jamais.
Je restai immobile, sur ma branche frêle, attendant plus d'explications, qui ne vinrent jamais. Je me relevai, lui adressai un sourire avant de changer de branche, en choisissant une bien plus haute. Concluant que trop de larmes avaient été versées ce soir-là, je décidai de répliquer avec une touche d'ironie :

« Moi je me fais plus trop d'illusions là dessus, alors j'ai décidé que je voulais aller à Paris, annonçais-je d‘un ton léger. La cuisine française a peut-être un goût moins terreux ? »

Je la regardai dans les yeux avec une lueur un peu espiègle pour lui faire comprendre que je rêvais bel et bien de la même chose qu'elle, mais que mon cas se révélait si désespérant que j'avais quelque peu abandonné l'idée.
Je m'amusai encore quelques minutes à escalader les arbres centenaires puis délaissai mon jeu puéril pour reporter mon attention sur Oméga. Mais comment faisait-elle pour rester ainsi statique ? Je descendis rapidement pour me remettre face à elle. Je scrutais ses traits quelques secondes, puis compris qu’il fallait que je me justifie. Je retrouvai donc mon sérieux et bredouillai :

« Je ne sais pas ... Je ... J'ai fini par me convaincre moi-même que nous n'étions pas faites pour vivre comme les autres, alors je me suis dit qu'il valait peut-être mieux en rester à des souhaits plus ... réalisables... »

Je savais bien qu'elle n'était pas d'accord avec moi sur ce point-ci. Oméga n'était pas du genre à se laisser abattre au moindre obstacle, contrairement à moi. Elle avait toujours été la plus forte de nous deux, la plus courageuse, et surtout la plus intelligente. J'étais bien consciente que ce n'était pas le bon choix, mais il avait au moins le mérité d’être le plus simple. Et donc celui que j’avais privilégié.
Oméga restait muette, m’observant de ses grands yeux noirs allumés de cette étincelle éternelle, même si ils reflétaient de l’incompréhension.

« Écoute Omé… Moi aussi, je voudrais avoir une vie. Je rêve d’avoir un copain, d’aller au lycée, et de devenir journaliste, confessais-je, mais … j’ai fini par comprendre que c’était impossible. Certainement pas pour toi, mais pour moi, oui. Et là… je traverse le pays sans but, je sais pas où je vais, je commence même à oublier d’où je viens. La Crosse… c’est une escale, rien de plus qu’un point de passage, même si j’y suis depuis déjà cinq jours… Tu vois, je n‘ai même pas pris de chambre d‘hôtel, parce que je sais que je ne dois pas rester trop longtemps au même endroit.»

J’eus un rire sans joie, rigolant de ma propre bêtise. Je détachai mes cheveux puis passai ma main dedans avant de soupirer. Je fronçai les sourcils avant de poursuivre :

« Mais … Je sais pas, j’ai l’impression que quelque chose me retient ici. Il y a deux jours, j’ai croisé une hybride. Une hybride. Une expérience donc. Sais-tu combien cela fait de temps que je n’en ai pas vu ? La Crosse est devenue … la ville des expériences, apparemment. Je croise chaque jour nos semblables ici, et … personne ne daigne m’expliquer ce qui se passe. Et je n’ose pas fiche le camp d’ici, comme si, si je partais, je n’arriverai plus à retrouver l’endroit… »

Ok. J’y avais été un peu fort. Mais je n’étais pas parvenue à retenir ce flot de paroles, cette colère que je retenais depuis des semaines. Je n’aurais jamais dû… J’ouvris la bouche pour m’excuser quand quelque chose me gêna… Oh mon Dieu, rien n’aurait put être pire que ça.

« Omé, il … il y a un humain dans le coin. S’il te plait, on doit filer d’ici, débitai-je à une vitesse affolante. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Lun 27 Avr - 22:32

    Mon amie grimpait comme un singe sur l'arbre où je m'étais adossée quelques minutes plus tôt. Eve avait toujours eue une malice et une souplesse qui me jalousait, et, contrairement à moi, elle était très spontanée dans ses réflexions. Elle avait les idées extrêmement fixes et avait toujours eut du mal à s'attacher aux gens. Même lorsque nous étions au centre, elle aimait souvent se retrouver seule et n'acceptait guère beaucoup plus de personne autour d'elle que moi et deux ou trois autres immortels. J'aimais ses gestes quand elle attrapait une branche et l'attirait avidement vers elle, montant les échelons du bois et se rapprochant toujours plus des étoiles qui scintillaient à présent sur un fond complètement noir. Lorsqu'elle arrêta ses acrobaties, elle me regarda quelques seconde puis dit cette blague pleine de questions. Elle m'annonçait son départ de LaCrosse pour rejoindre les cuisines de Paris, ce qui me fit tout d'abord un choc. Comment osait-elle me lancer ça alors qu'on venait à peine de se retrouver? Comment arrivait-elle à imaginer que là-bas, la nourriture serait bonne? Ca m'était impossible à croire, d'autant plus que son regard la trahissait, comme toujours. Elle n'avait pas envie de quitter la ville, mais la peur l'y forçait. Elle voulait rester là, mais se sentait seule et abandonnée. Pourtant c'était elle qui me l'avait demandé dans cette lettre. Je fus prise de confusion, et elle m'expliqua plus clairement sa décision. Eve me dit qu'elle avait le même souhait que moi, mais pensait ne jamais y arriver, surement à cause de son appétit. J'avais la ferme intention de l'aider dans sa marche vers son nouveau régime végétarien et je cherchais comment l'obliger à rester à LaCrosse, près de moi. J'en avais besoin. De plus, elle n'avait pas de logement et je me sentais très seule dans ma grande chambre d'hotel, elle pourrait donc parfaitement rester y vivre avec moi. Elle me raconta alors qu'elle avait rencontré une hybride il y avait peu de temps, et que quelque chose l'empêchait de partir. Enfin une bonne nouvelle. J'aimais à penser que ce quelque chose étais moi, même si au fond je savais que ça n'était pas le cas. J'étais donc décidé de lui proposer le projet sur lequel j'avais réfléchis lorsque ses yeux deviennent rouge. Oh oh, mauvais signe... Elle me confia sentir un humain s'approcher et me supplia de partir, ce que j'acceptais aussitôt. Depuis que je ne buvais presque plus de sang humain, mon odorat s'était comme soigné de l'odeur de leur peau, ce que je regrettais d'ailleurs, car je me rappelais qu'elle était exquise. C'était quand même mieux, car ça m'empêchait d'avoir des tentations non raisonnables. Non partîmes donc en courant à travers le bois mais je sentais petit à petit le goût sucré de l'Homme et augmenta la vitesse à laquelle je courrais. Le regard de ma voisine était affolé. Elle se demandait où nous allions et qu'est-ce que nous allions faire. Pour la rassurer, je lui expliquais donc, tout en continuant d'avancer:

    "Allons chez moi, j'habite à l'hotel et les couloirs sont déserts, nous pourrons mieux discuter."

    J'espérais qu'elle accepte et qu'elle ne trouve aucune raison pour ne pas me suivre. Le souffle coupé, je la dirigeais vers la direction voulue, sans attendre de réponse.

    C'est de l'autre côté de la forêt, à l'Est de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Mar 28 Avr - 23:13

Nous filions à travers les bois à cette vitesse incroyable qui caractérisait tant nos semblables.
Les autres expériences nous demandaient souvent comment nous faisions pour éviter les arbres et autres obstacles du genre. Mais, pour nous, c’était un véritable jeu d’enfant. Lorsque nous courrions, les objets éventuels semblaient si simples à éviter... C’était si facile que je ne savais même pas comment nous faisions. C’était un mystère pour moi, et je voulais que ça le reste. C’était comme demander à un humain comment il faisait pour respirer, il le fait, c’est tout, sans ne l’avoir jamais apprit. Mais, au fond, cela nous importait peu. Comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs…
La scène me rappelait étrangement ces courses que nous faisions avec ma Oméga, quand nous étions encore dans l’Area 51. Nous courrions ainsi, sans nous soucier de rien, car rien n’avait de réelle importance, à part nous deux. Nous nous occupions chaque de l’autre, et c’était très bien comme ça. Et courir ainsi à présent me replongeait dans cette insouciance puérile et pourtant si agréable. Soudain, Oméga se retourna vers moi et me chuchota :

«Allons chez moi, j'habite à l'hôtel et les couloirs sont déserts, nous pourrons mieux discuter. »

Le ton de sa voix se faisait rassurant. Mais je n’avais pas besoin d’être rassurée, car la simple présence d’Oméga suffisait à ce que je me sente bien. J’étais consciente que, si je tentais quoi que ce soit sur cet humain, elle le défendrait sans aucune hésitation. Et c’était la seule chose que j’avais besoin de savoir à cet instant précis.

« C'est de l'autre côté de la forêt, à l'Est de la ville. »

Elle avait ajouté ceci comme pour me distraire, m’empêcher de penser à l’homme qui m’attendait dans cette forêt. Mais c’était tout simplement inutile. Non. J’avais juste envie de délaisser tous mes problèmes, toutes mes questions, pour que tout redevienne comme avant. Soudain, j’eus une idée. Cela me surprit même qu’elle ne me soit pas venue avant…

« Oméga ! »

Elle se retourna, affichant un air surpris quant à mon ton, je l’avoue, un peu trop léger et inadapté à la situation. Je lui adressai un sourire et un regard de défi, avant de la devancer de quelques mètres, espérant qu’elle comprenne ce que je faisais. Tout en courant, je retirais mes Richelieus, premièrement en raison des talons mais surtout car j’adorais être pieds nus, et même être en pleine forêt ne me ferait pas changer d’avis. Je les jetai au pied d’un arbre, sans me soucier de leur sort, avant d’accélérer. Comme j’aimais cette sensation, ce vent frais sur mon visage, mes cheveux qui flottait derrière moi, s’emmêlant peu à peu, mes pieds foulant le sol terreux. Encore une scène clichée, je vous l’accorde, mais si plaisante…
Je jetai un coup d’œil à Oméga, lui adressai un nouveau sourire avant de lui lancer :

« C’est parti… »

Et je bondissais sur une branche avant de monter au sommet de l’arbre. De celui-ci, je sautais sur l’arbre voisin, comme pour gagner du temps, mais toujours en direction de l’hôtel. Car, bien sûr, après avoir passé cinq jours et cinq nuits dans La Crosse, je connaissais la ville comme ma poche. Le plan entier de la commune et de ses environs étaient inscrits dans ma tête, à l’instar d’un GPS. Mais, ça, Oméga ne pouvait pas le savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Mer 29 Avr - 15:08

    Nous étions en train de courir à vive allure lorsque Eve me regarda en souriant. Je sus tout de suite ce qui se passait dans la tête de mon amie et me demandais même pourquoi je n'y avait pas pensé avant, pour une fois. Ce n'était pas dans mes habitudes de jouer. J'avais plutôt un caractère calme, mais quand j'étais avec elle, c'était comme une humaine qui retrouvait une amie d'enfance, on redevient pour quelques heures comme lorsque nous nous étions quittées. Je lui souriais donc mon tour, pour lui montrer mon accords. Elle prit donc une inspiration puis dit à haute voix:

    « C’est parti… »

    Je vis ensuite l'immortelle grimper à un arbre qui se trouvait par hasard sur son passage, telle un vrai singe. Elle avait une rapidité et une assurance hors du commun, même pour une immortelle et j'étais subjuguée de sa course. Je repris donc mes esprits et augmentais davantage encore ma vitesse. Au contraire d'Eve, j'étais plutôt bonne à la course sur terre, lorsque mes pieds touchais le sol, j'étais plus sure de moi et je savais que je valais quelques chose dans ce domaine. Ma rapidité la rattrapa donc, malgré sa grande vitesse mais je n'arrivais toujours pas à la dépasser. Elle se cramponnait une demie seconde à chaque branche plus fines les unes que les autres et j'essayais de garder mon rythme du mieux que je pouvais. Eve avait toujours été plus sportive et vive que moi.
    Lorsque nous étions encore une seule et unique personne, il y avait quelques mois de cela, elle était l'aventurière et j'étais la tête pensante. N'ayant jamais été très réfléchie, elle préférais que ce sois moi qui prenne les décisions importantes, mais elle aimait par dessus tout accomplir des trucs fous, comme monter en moi de trois minutes une montagne ou quelques choses dans ce genre là. Elle n'avait peur de rien et j'appréciais vraiment cette qualité, ne l'ayant pas moi-même. Personnellement, j'étais assez peureuse pour une immortelle et n'osais jamais prendre de risque. Bien sure, je savais en prendre et j'étais assez casse cou, mais je n'étais pas aussi habile qu'Eve et avais toujours le chic pour retomber sur les fesses. Pour un vampire, j'étais surement l'exception!

    « Fais gaffe, je te rattrape! »

    Lui criais-je alors que j'étais sur le point de la dépasser. Mon amie baissa le regard quelque seconde pour constater que c'était vrai puis accéléra encore plus. Notre vitesse était à présent assez incroyable et nul humain n'aurait pu nous remarquer, à moins du courant d'air que nous provoquions. A ce moment là, j'avais aimé être une inhumaine, une immortelle. J'avais apprécié être quelqu'un d'unique et de monstrueusement forte. Aucune personne normale n'aurait pu nous surpasser, et j'en fus fière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Mer 29 Avr - 17:22

La liberté. Il n’y avait aucun autre mot pour décrire ce que je pouvais ressentir à cet instant précis. Je sautai de branches en branches, d’arbres en arbres, sans me soucier de rien. Ni des humains éventuels qui pourraient nous voir, ni de l’homme à l’odeur délicieuse qui m’attendait quelques centaines de mètres dans les bois, ni de la douleur incandescente qui consumait peu à peu ma gorge, car rien d’autre qu’Oméga et moi ne comptait réellement.
Je fus heureuse qu’elle ait comprit ce que je faisais, et elle y mettait du cœur. Oméga, contrairement à moi, était bien plus douée au sol qu’en escalade. Elle ne ressentait pas le besoin de ressembler à un singe pour gagner. Je la comparais plutôt à une gazelle, légère et gracieuse.

« Fais gaffe, je te rattrape! »

Je jetai un regard vers le sol. En effet, une tornade brune se rapprochait de plus en plus de moi. Je lui adressai un sourire moqueur, qu’elle ne put probablement pas voir, avant d’accélérer la cadence. Soudain, j’eus une idée qui m’assurait presque la victoire.

« Oméga ! »

Mon amie leva la tête : du haut de mon arbre centenaire, je bondissais pour atterrir parfaitement sur mes pieds - nus - au sol, devançant Oméga d’une dizaine de mètres. Et je courus devant moi, sans me retourner ou m’arrêter avant de franchir la limite de la forêt. Une seconde après, ma meilleure amie me rejoignis. Je la regardai quelques instants avant d’exploser de rire, comme si je réalisai ce que nous venions de faire.

« Tu sais depuis combien de temps je n’ai pas courus, comme ça ? demandais-je, hilare. »

Je baissai la tête pour regarder mes pieds. Ils n’étaient pas vraiment beaux à voir… Pleins de terre, cailloux et d’autres choses dont je ne préférais pas connaître la provenance. Je jetai un regard avec une lueur de malice à Oméga, avant de recommencer à rire.
Je me mis à marcher, sautillant presque, en direction de l’hôtel. Enfin, en direction de l’Est. Puis mon fou rire s’atténua un peu, et j’arrivai enfin à articuler :

« Je .. Je suis désolée, Omé. Mais ça fait super longtemps que j’ai pas ris comme ça, on y va ? »

Et je me remis en route, suivant les lumières des lampadaires de la ville qui éclairait faiblement les ténèbres de la nuit, quand soudain, je sentis le sol se dérober sous mes pieds. Je tombai. Tout semblait s’écrouler autour de moi, tout semblait fondre, j’étais toujours consciente, mais j’avais l’impression de - pour la première fois ma vie - rêver. Que rien n’étais réel, ni la brise, ni la course, ni la forêt, ni Oméga. Même si je voyais parfaitement, tout était flou, et même si j’entendais avec une ouïe inégalable, les sons étaient si lointains… Je me sentais pâlir de plus en plus, et la terre tourner. Que m’arrivait-il ? Une immortelle ne peut pas tomber malade…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Sam 2 Mai - 20:29

    Je continuai de courrir le plus vite possible lorsque Eve atterrit quelques mètres plus loin. Je decidai de la ratrapper du mieux que je pouvais mais elle était très rapide, même à terre. Eve s'arrêta enfin, alors que j'aurai été extrêmement essoufflée si j'aurai été humaine et j'arrivai à son niveau. Elle me regarda dans les yeux et dit en éclatant de rire:

    « Tu sais depuis combien de temps je n’ai pas courus, comme ça ? demandais-je, hilare. »

    Je voyais que ses yeux étaient vitreux et qu'elle étrangement ... étrange. Son rire était faux mais je ne comprenais pas pourquoi... Après avoir prononcé cette question oratoire, elle regarda ses pieds sales puis éclata de nouveau de rire. J'entendais son coeur battre de plus en plus fort, il suffoquait, je ne comprennais pas. Eve pâlit aussi rapidement qu'une humaine puis tomba sur les genoux. Je vis mon amie s'allonger lentement, les yeux toujours vagues et le regard vide. La peur s'empara de moi. Que lui arrivait-il? Il était impossible qu'un inhumaine comme Eve tombe malade. Je ne savais donc pas ce qui se passait et me demander comment réagir. Bien sur, je voulais avant tout lui montrer qu'elle n'étais pas seule et qu'il fallait qu'elle reste eveillée. J'avais regardé énormément de téléfilms américains au cours des dernières semaines, afin d'apprendre à mieux connaitre le monde des Hommes, et dedans, ils disaient toujours qu'il fallait que les blessés ne s'endorment pas, sous peine de ne plus se réveiller. L'angoisse montait peu à peu, et je me penchai vers elle, écrasant mes genoux à terre.

    «Eve! criai-je en prenant sa tête sur mes genoux. Eve, reste avec moi! Qu'est-ce qui se passe? »

    J'étais totalement affolée. Elle ne pouvait pas me laisser, pas une deuxième fois, j'avais trop besoin d'elle et je refusais qu'elle me quitte. C'était tout simplement impossible. Je compris enfin. Elle m'avait dit, quelques minutes auparavant, qu'elle avait du mal à se familiariser avec ses nouvelles habitudes alimentaires, donc elle n'avait pas du manger depuis un bon moment, ce qui l'affaiblissait. Je décidai donc de l'apporter dans ma chambre d'hotel et de m'occuper d'elle correctement. J'attrapai donc ma meilleure amie, facilement et traversai la rue comme ça, une femme dans les bras. Les quelques personnes qui nous croisèrent me regardèrent avec interrogation, mais je ne me laissais pas surpasser par les évènements, e continuais mon chemin en les ignorant. Lorsque nous arrivâmes à l'hotel, je demandai mes clés de chambre à l'accueil et montai les étages le plus vite possible, enjambant les marches quatre par quatre. Nous entrâmes enfin dans ma chambre et je posai mon amie sur le lit, la recouvrant d'un couverture.

    « Je vais te chercher quelque chose à manger. » Dis-je en refermant la porte derrière moi, sans attendre de réponse en retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Dim 3 Mai - 5:48

Soudain, des bras légers, mais puissants, me soulevèrent avec une facilité étonnante.
Mon état était étrange, et insupportable. Et que commençais sérieusement à m'inquiéter. Bien évidemment, je ne dormais pas. Mais j'aurais tout donner pour être dans les bras de Morphée à cet instant précis. Même si ce n'était que pour une seconde. Même si je m'obligeais moi-même à les fermer, mes yeux pouvaient rester ouverts, sans ciller, mais le décor que je voyais - tout en noir et blanc, changeant sans cesse, clignotant presque - était trop infernal pour que je ne puisse le supporter. C'était comme avoir des fenêtres ouvertes sur un monde fou. Je sentais ma peau, déjà neige, blanchir de plus en plus, pour devenir argentée, presque translucide. Des vagues glacées ne cessaient de parcourir mon corps entier, engrangeant des frissons inquiétants. A côté de ma peau, les bras froids d'Oméga semblaient brûlants. Ma bouche s'asséchaient peu à peu, et ma respiration n'était plus qu'un souffle irrégulier. Les sons me parvenaient comme si ils avaient été hurlés à plusieurs centaines de mètres, même s'ils étaient juste à côté de moi...
J'ignorais où Oméga m'emmenait, mais je lui accordais une confiance totale et aveugle. J'aurais pu être transportée ainsi pendant deux heures comme pendant dix minutes, je n'y aurais vu strictement aucune différence, lorsque je fus allongée sur un support plutôt confortable. Puis, quelqu'un déposa sur moi une couverture, qui n'eut aucun effet sur mes tremblements, mais je m'en fichais. Je continuais à remercier de toutes mes - faibles - forces Oméga, persuadée qu'elle les entendrait. Je savais que ces vagues de froideur n'étaient pas dût à la température extérieur, mais cette couverture me réconforta quelque part... Soudain, j'entendis la voix douce, mais éloignée de ma meilleure amie me murmurer quelques mots, sans que je ne puisse les comprendre, avant que ne retentisse un claquement. De porte, probablement. Soudain, un flot d'images atroces se déversèrent dans mon esprit. La dame âgée que j'avais tué, le cadavre du gardien de l'Area 51, Enea criant devant moi, Max plaquée contre cet arbre centenaire, et des dizaines de corps d'animaux sans vie.
Peu à peu, les flashs back s'estompèrent, avant de cesser complètement. J''ouvris les yeux. Mais pas lentement, comme dans les séries romantiques, non, moi je les ouvrais brusquement, comme surprise d'enfin pouvoir voir clair. Un plafond. Blanc, banal. Voilà la première chose que je vis. Je me redressais doucement sur le lit, et me rendis vite compte que j'étais dans la chambre de ma meilleure amie. Légèrement désordonnée, nous avions cela en commun. Malheureusement. Je me levai prudemment, encore étonnée de m'être rétablie si vite, et fis rapidement le tour de la propriété. J'étais tentée de sortir, juste histoire d'aller faire un tour dans le couloir, pour me dégourdir les jambes, mais y renonçai, préférant attendre le retour de ma Oméga.. Je m'allongeai à nouveau sur le lit, par peur d'une nouvelle crise, que je n'aurais certainement pas supportée. je repensai à toutes ces images immondes qui avaient surgies à l'improviste dans ma tête. Comment avaient-elles débarquées là ? Étaient-ce elles qui provoquaient mes "évanouissements" ? Je me mordis la lèvre avant de m'écrouler sur l'oreiller, fermant les paupières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Dim 3 Mai - 15:40

    J'était seulement dans le couloir de l'hotel que je m'inquiétais déjà. Je regrettais d'avoir laissé mon amie seule alors qu'elle n'était pas en état de se tenir debout. Je savais que ça n'était pas bien, mais il fallait qu'elle se nourrisse, même si ça n'était pas la raison de ses problèmes. je sortais donc de l'immeuble en courant telle une lionne en cavale et rejoignais de nouveau la forêt. La nuit était noire et je devais davantage me concentrer pour voir, mais j'y arrivai sans la moindre peine. Après quelques minutes de marche sous les arbres hauts, j'attrapai un renard qui cavalait derrière un lapin. *Pauvre lapinou...* Me dis-je bêtement. Après avoir tué l'animal en lui cassant le cou, je repris ma route le plus vite que je pus, espérant qu'un petit renard suffirait à faire l'affaire le temps qu'on aille plus loin chasser plus gros. J'avais confiance en Eve et savais que, si elle avait décidé de devenir végétarienne, je devais l'y aider. C'était pour la bonne cause après tout, pour éviter de tuer de pauvres innocent, même si, comme disaient les humains, c'est la loi de la nature. Ils pensaient être les prédateurs les plus dangereux, mais ce n'était que parce qu'ils ne connaissaient pas notre existence. Mieux valait vivre dans l'ombre et avoir une vie à peu près normale que sous les projecteurs et avoir une vie derrière les barreaux, comme des singes ou des lions. En pensant à un singe, j'accélérais pour arriver à destination avant le lever du jour, ce qui n'était pas un problème. Je parcourrait la ville en quelques minutes à peine et essayais de ne croiser personne. Une femme à la peau presque lumineuse et qui tient un renard par le cou n'était pas très commun, ni très humain. Je passais donc par la fenêtre de derrière l'hôtel pour retourner dans ma chambre. Lorsque j'atterris, avec grâce sur le sol de la salle de bain, je me regardai avec hâte dans le miroir avant de retrouver Eve dans la chambre, où je l'avais laissé. Mes cheveux étaient décoiffés, tels des serpents et mon maquillage avait coulé. J n'avais pourtant pas transpiré, puisque cela m'était impossible, mais la rosée du matin m'avait mouillé le visage et avait fait couler mon mascara. Je ne pris pourtant pas le temps de m'arranger et poussa rapidement la porte pour rejoindre celle que je pensais être malade. Lorsque j'arrivai à son chevet, ses yeux étaient grands ouverts et elle avait repris son teint pâle habituel, ce qui me rassura. Espérant être entendue, je demandai.

    « Tu as l'air d'aller mieux. »

    Je lui tendis le renard dont le sang commençait à s'échapper des yeux, je l'avais peut être trop secoué pendant le voyage et lui souris.

    «Je sais que c'est rien, mais on ira dans un endroit plus peuplé d'animaux lorsque tu seras prêtes. »


    J'avais une impression d'inutilité et me rendais compte qu'elle n'avait peut-être tout simplement pas besoin de moi. Elle pensait peut-être que j'étais bien sotte de penser qu'un minuscules renard allait la guerrir, mais je n'avais pas eus le temps d'aller plus loin, et il n'y avait pas beaucoup d'animaux dans la forêt de La Crosse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Jeu 7 Mai - 0:33

Allongée sur mon - ou plutôt son - lit, sur lequel Oméga n'avait probablement jamais dormi, je patientais, à l'instar d'une malade dans sa chambre d'hôpital, attendant le retour de ma meilleure amie. Je voyais les minutes s'écouler sur le cadran lumineux de son réveil de manière étrangement longue et fastidieuse. De nature assez impatiente, j'y été habituée : le temps ne m'aimait pas, et j'en étais parfaitement consciente. Il courait parfois tel un guépard furieux devant moi, ou avançait d'autres fois à la lenteur incroyable d'un escargot. Soudain, la porte s'ouvrit à la volée, et je sursautai, à la fois surprise et rassurée, comme si j'avais eus peur qu'Oméga ne revienne plus jamais. Celle-ci s'approcha lentement de ma couche, tandis que je dévisageais le cadavre - que j'identifiais comme un renard fraîchement assassiné - qu'elle transportait dans sa main droite. Elle s'assit gracieusement près de moi, et me scruta quelques secondes, avant d'afficher un sourire soulagé. Je lui jetai un regard interrogateur -inutile -car je savais bien où elle était partie. Ses cheveux en bataille et son maquillage dégoulinant sur ses traits fins, ce qui ne lui ressemblaient guère, l'expliquait pour elle. Je ne revenais pas de sa gentillesse, toujours intacte. Aller au beau milieu de la nuit, ramener un animal mort dans un hôtel, aux yeux de tous, était une preuve irréfutable que notre amitié n'avait pas changée. Et je n'en fus que plus rassurée.

« Tu as l'air d'aller mieux. »

Je lui rendis son sourire. Après tout ce qu'elle venait, et s'apprêtait, à faire, c'était presque une évidence. Oméga me tendit sa malheureuse victime, dont le sang commençait à couler des orifices oculaires, que je toisais étrangement. Et j'ignorais pourquoi. C'était pourtant une habitude de tuer ainsi des bêtes. Mais le voir ainsi mort, dégoulinant d'un liquide épais et rouge vif que je connaissais bien, me ragoûtait presque, comme si je venais de prendre conscience que j'ôtais la vie quotidiennement, même si ce n'était que des vies animales. J'observais quelques instants le cadavre rougeâtre avant de le saisir d'un geste et de mordre de bon coeur. Bien que le sang ait refroidit, et qu'il avait à présent un goût amère, immonde, le liquide me faisait un bien fou. Reprenant peu à peu mes esprits, je jetai un coup d'oeil par dessus le pelage rêche de l'animal à Oméga avant de boire la dernière goutte disponible, ne sachant que faire du corps qui n'allait pas mettre longtemps à devenir putride. Je décidai finalement de le poser près du lit, tranchant de m'en soucier plus tard. Me raclant la gorge, apaisée, je murmurai un timide « Merci Omé » à l'immortelle en face de moi. Une moue protectrice s'étira sur la doux visage de mon amie, une douceur, une maternité et une maturité que je n'avais jamais eus, et que j'avais tant rêver d'avoir. Elle reprit :

« Je sais que ce n'est rien, mais on ira dans un endroit plus peuplé d'animaux lorsque tu seras prête »

J’écarquillai les yeux. Ce n’est rien ? Comment pouvait-elle prétendre une telle absurdité ? Oméga ne se rendait apparemment pas compte de ce qu’elle avait fait pour moi... En une heure, elle m’avait sortie de cette torpeur constante que j’avais acquis au cours de ces dernières semaines. En une heure, elle m’avait redonné un espoir que je croyais depuis bien longtemps perdu. En une heure, elle m’avait fait accepter ma nature, aussi abominable soit-elle. En une heure, une heure ridicule, Oméga m’avait fait redevenir moi. Cette fille simple et rieuse qu’elle avait connue, et que j’avais peur de ne plus parvenir à lui montrer.
Je secouai le menton pour lui prouver qu’elle avait tort, avant de bredouiller - non sans difficultés :

« Je.. C’est ... »

Je l’observai quelques secondes avant d’achever ma maigre phrase en un souffle court et net :

« Tu es incroyable. »


Dernière édition par Eve P. Leigh le Ven 8 Mai - 0:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Jeu 7 Mai - 23:50

    Lorsque je revins dans la chambre de l'hôtel, je trouvai Eve encore allongée sur mon lit. Elle avait retrouver le peu de couleurs que nous, imortelles avions et je fus extrêmement soulagée quand elle attrapa le ridicule renard que j'avais chassé pour elle et buva son sang, d'un coup de langue. Ses yeux brillèrent à nouveau et elle essaya tant bien que mal de me dire quelque chose, d'incompréhensible. Je voulais lui dire qu'il était inutile qu'elle se fatigue à parler pour le moment et qu'elle se "repose". C'était la première fois que je voyais une inhumaine "malade", et j'avouais avoir peur dans mon fort intérieur. Bien sur, je ne pouvais dire à la principale conscernée que je n'étais pas à l'aise avec cette situation, car elle avait besoin de moi et de ma force pour l'aider à surmontrer cette baisse de régime. Elle n'en aurait peut être plus autant besoin, car elle semblait déjà s'être assez bien remise, mais je me devais quand même de rester à son chevet. Eve réussit à prononcer une phrase qui m'étonna et qu'elle ne compris pas tout de suite.

    "Tu es incroyable".

    Omega sourit à son amie. C'était un sourire faux, car elle n'avait pas pu comprendre le fond de sa pensée, mais elle ne voulait pas chercher les détails insignifiants comme de pauvres incompréhensions de sa part. Omega se leva donc délicatement du lit drapé de soie dans lequel était allongée son amie et se dirigea lentement vers la salle de bain. Il fallait qu'elle se nettoie un peu, si elle voulait ressortir lui rechercher quelque chose à manger dans la journée. Ne sachant pas si Eve allait récupérer complètement d'ici là pour avoir la force d'aller chasser un animal plus gros qu'un renard... Tout en se recoiffant, Omega pensait à cette retrouvaille qu'elle avait vécu il y avait à peine quelques heures et aux choses qui avaient étrangement changées depuis. Bizarrement, en sa présence, Eve avait perdu sa "bonne santé", ce qui lui fit peur. Etait-elle "hantée"? Etait-ce à cause d'elle que Eve avait eut des problèmes? La jeune femme s'était redressée sur le lit douillet et Oméga dit alors, à voix basse, sachant qu'elle entendrait.

    "Tu sais, si tu ne veux pas rester, je comprendais..."

    Elle avait à présent peur que cette crise était de sa faute, et étrangement, elle ne voulait pas risquer de rester avec sa meilleure amie juste parce qu'elle envait envie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Ven 8 Mai - 13:43

J'ignorai comment j'étais parvenue à parler ainsi, mais cela m'importait peu. La seule chose sur laquelle je me concentrais, c'était ce sourire qu'Oméga m'avait renvoyé. Il paraissait ... faux. Et je ne comprenais pas pourquoi. Peut-être avait-elle mal entendu ce que je lui avais dit ? C'était fort probable, en raison de mes paroles certainement légèrement bafouillées... Ou alors, Oméga jouait les modestes, ce qu'elle avait toujours été ? Ou bien mes mots n'avaient plus de valeur à ses yeux ? Les possibilités étaient bien vastes, et toutes plausibles. Malheureusement. Que n'aurais-je pas donné pour savoir lire dans les pensées d'autrui à cet instant précis...
Ma meilleure amie me scruta quelques secondes avant de se lever, direction la salle de bain. Après tout, je ne pouvais pas lui en vouloir : ses cheveux avaient bien besoin d'un shampoing.
Je connaissais Oméga mieux que personne, et savais qu'elle refuserait que je tente de me lever en sa présence. Je profitai donc de ces quelques minutes de solitude pour tester mes aptitudes à tenir debout. Je me redressai doucement avant de me mettre sur mes pieds, attendant des signes de faiblesses. Pas de vertiges, de bruits ou images suspectes, de tremblements ou de vagues glacées. Apparemment, mon malaise était bel et bien terminé. Ce dont je ne me plaignais pas... J'avais eus peur que mes premiers pas quelques minutes auparavant ne soit qu'un rêve - si il était possible que je rêve - disons, une hallucination, ou l'effet bienfaisant du début de mon rétablissement... Je refis le tour de la chambre, essayant de me rappeler du maximum de choses, de détails, de tout ce qui pouvait toucher ma Oméga.
Apparemment, ma meilleure amie s'était plus ou moins bien installée ici. Légèrement désordonnée, la pièce débordait d'objet personnels et ajoutés au décor initial, allant des vêtements aux photos. Je me dirigeai vers sa bibliothèque où étaient posés quelques cadres. Soudain, j'eus exactement la même sensation que si un buffle m'avait frappé de plein fouet dans sa course effrénée. Au centre, il y avait cette photo. Cette photo en noire et blanc que je connaissais par coeur, que j'aurais pu dessiner jusqu'aux détails les plus infimes les yeux clos. Nous l'avions prise au tout début de notre amitié, lorsque nous venions juste de nous rencontrer, dans notre très estimée Area 51. Elle, arborait un sourire radieux qui illuminait ses traits doux, de superbes boucles anglaises qui lui tombaient au milieu du dos, et un regard profond. Moi, plus simple, moins remarquable, les mains posées sur son épaule d'apparence frêle, le menton sur mes paumes, mes traits éclairés mes prunelles rieuses, j'avais exactement le même sourire, en moins éclatant. Nous étions heureuses, insouciantes , et ça se ressentait. Tout à coup, je réalisai quelque chose. La peur de la déranger. Mais au fond, c'était une évidence. A peine l'avais-je retrouvée que j'implorais déjà son aide.
Sans réfléchir, j'attrapai le bloc note placé sur sa table de nuit, et griffonnai ces quelques mots :

Oméga. Je suis désolée pour ce que je t'ai fait. Je viens juste d'arriver, de te retrouver, que je fais déjà office de boulet. Et tu sais que je n'exagère pas. Je refuse de gâcher ta vie, car je veux que tu sois heureuse. Je t'aime je t'aime je t'aime, merci pour tout, Eve.

Sans me relire, j'arrachai la page avant de la jeter sur le lit, et ouvris la fenêtre qui donnait sur l'arrière de l'hôtel. Je sautai facilement les quatre étages pour retomber parfaitement sur mes pieds, et me mis à courir. Sans savoir où, pourquoi et quand, je courais, sentant les larmes monter peu à peu. Comment avais-je pus être aussi stupide ? Soudain, je me rendis compte que, inconsciemment, je retournais sur le lieu de rendez-vous. L'aube commençait à se lever, et l'air à se réchauffer. Et, instinctivement, je m'assis à l'endroit exact où ma Oméga s'était installée quelques heures plus tôt, lorsque tout paraissait magnifique, que tous les espoirs étaient encore permis. J'effleurais le sol du bout des doigts avant de fondre en larmes.


[Précision : Eve part avant qu'Oméga ne parle ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Ven 8 Mai - 16:00

    Je m'arrangeais les cheveux, qui étaient vraiment sales et mal coiffés lorsque un souffle d'air me frôla le visage. J'étais très sensible aux courants d'air et les repérais facilement, tous aussi infimes les uns que les autres. Poussant donc la porte pour voir comment cela s'était produit, après tout, j'étais certaine d'avoir refermé la fenêtre ainsi que la porte, je découvri le lit dans lequel était allongée Eve quelques minutes auparavant vide. Les draps étaient remontés rapidement, et la fenêtre qui se trouvait à côté était ouverte. Je ne compris pas tout de suite la situation. Où était Eve? Pourquoi n'était-elle plus sous la couette alors qu'elle était souffrante? Je réfléchis quelques secondes, comme dans une autres dimension, puis compris.
    Eve était partie. Elle m'avait quittée.
    Etrangement, mes jambes ne réussirent plus à me porter, et je m'effondrai sur le sol, telle une pauvre humaine. Lorsque mes genoux abîmés atteignirent le sol avec fracas, j'eus du mal à distinguer ma douleur mentale de mon incompréhension. Qu'avais-je fais pour qu'elle décide de fuire? Je savais que le renard n'avait pas suffit. Eve avait besoin de manger quelque chose de bien plus consistant. Mais, je savais, qu'elle n'était pas partie seulement pour se nourrir. Elle était simplement partie. Définitivement. La peau blanche de mes mains parraissait verdâtre avec la lumière de la lampe, et le soleil, commençant à réapparaitre au loin, me faisait sentir la chaleur de ses rayons me carresser maladroitement. Malgré ça, je frissonnais. Je venais de perdre la seule chose qui m'accrochais à la vie, qui me laissait la place pour l'espoir d'en avoir une. Je ne sus pas exactement combien de temps était passé, peutêtre quelques minutes, surement des heures, mais je me relevais, alors que le soleil tappait sur les carreaux des fenêtres ouvertes. Il me fallait faire quelque chose, mais je ne savais pas quoi. Je pensai à chasser, mais je n'avais pas faim. Puis à tuer, mais je n'en avais pas envie, enfin, alors que je me résignais à faire quoique se soit, je m'assis sur le lit. Lentement d'abord, mais, lorsque l'odeur de ma meilleure amie me chatouilla les narines, je m'alongea brusquement, collan ma tête dans l'orreiller, humant son doux parfum. Je restais comme ça quelques minutes de plus, sans penser. Ce fut un réel repos pour moi, jusqu'à ce que je sentis quelque chose sous ma jambe. Un papier. Je découvris, avec stupeur de quoi il s'agissait et n'en revenais pas.

    Oméga. Je suis désolée pour ce que je t'ai fait. Je viens juste d'arriver, de te retrouver, que je fais déjà office de boulet. Et tu sais que je n'exagère pas. Je refuse de gâcher ta vie, car je veux que tu sois heureuse. Je t'aime je t'aime je t'aime, merci pour tout, Eve.

    L'écriture parfaite de mon amie se dessinait grâcieusement sur le morceau de papier, qui appartenait à l'hôtel, et je ne compris pas tout de suite de quoi il s'agissait.
    Comment pouvait-elle imaginer de pareil sotises? Je nous pouvais me résigner à penser qu'elle avait décidé de partir car elle refusait de gacher ma vie, car elle était ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve P. Leigh

avatar

Féminin Nombre de messages : 155
Age : 23
Race : Immortelle
Pouvoir : Contrôle des mouvements
Avatar : Natalie Portman
Date d'inscription : 27/02/2009

• Remove your costume •
• Relations:
• Pseudo: Saturne
• Avatar by:

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Sam 9 Mai - 0:15

Lorsque mon corps fut suffisamment déshydraté pour être à court de larmes, je cessai de pleurer. Toujours assise par terre, en tailleur, la respiration haletante, j'avais laissé le temps s'écouler sans y prêter attention, mais lorsque je levai enfin la tête, le soleil était déjà bien haut dans le ciel, m'éblouissant de ses rayons éclatants. Je déchirai inconsciemment les feuilles mortes qui jonchaient le sol, incapable de penser ou de réfléchir à quoi que ce soit. Peu à peu, un cercle de terre vide s'était formé autour de moi, débarrassé de ses pierres et autres végétaux forestiers. Cette occupation, aussi dérisoire soit-elle, me changeait les idées, me vidait l'esprit, et c'était tout ce dont j'avais besoin à ce moment précis.
Lorsque plus rien ne se trouvait à la portée de mon bras, je repliai mes jambes contre mon torse avant d'enrouler mes bras pâles autour et de placer ma tête entre mes genoux.
J'aurais aimé ne plus pouvoir entendre comme l'on ferme les yeux, car, soudain, le bruit éloigné de la course effrénée d'un puma me sortit de ma torpeur. Je réalisai : j'avais soif. Était-ce cela qui m'avait mise dans un état pareil ? Je l'ignorais, mais cela y avait très certainement contribué. Je me levai d'un seul bond puis aiguisai mes sens. J'aurais pu capter la respiration d'un rongeur à des dizaines de mètres ou une feuille tomber de sa branche à la même distance. Rien ne m'échappait, et c'était une des rares choses dont je pouvais être fière. Je m'apprêtais à courir ôter la vie d'un innocent animal, lorsque qu'une odeur délicieuse vint chatouiller mes narines sensibles. Sans réfléchir, je la suivis, laissant mes sens me guider jusqu'à un sentier. Je ralentis ma course pour marcher, le plus silencieusement possible. L'oreille humaine aurait probablement été incapable d'entendre mes pas. Et, là, assis par terre, sur une nappe beige, un couple. Jeune. Sûrement âgé d'un ou deux ans de plus que moi. Sublime. Sans avoir la beauté irréelle des immortels, ils étaient magnifiques. Tous deux rayonnaient de bonheur, pique-niquant insouciamment, sans se douter qu'une dangereuse tueuse les observait de près. Trop près d'ailleurs. Car, tout à coup, le garçon murmura quelques mots à l'oreille de sa compagne, et celle-ci éclata d'un rire argentin. C'en était trop. Incontrôlable, je sortis de ma cachette - qui se résumait à un arbre - et bondis sur le couple. Et, sans qu'ils n'aient eut le temps de voir quoi que ce soit, je leur brisais la nuque, avant de mordre joyeusement les deux corps morts.
Le sang humain me procura un plaisir indescriptible, et me fis un bien considérable. Car la seule perspective d'être de nouveau plongée dans cette solitude infernale m'aurait poussée à trouver le moyen de me suicider. Comme un alcoolique repenti s'autorisant une bière dans les mauvaises passes. Un alcoolique repenti qui regretterait son erreur abominable. Être retombé dans cet enfer insoutenable. Car, une fois les deux cadavres vidés de leur liquide vital - aussi succulent soit-il - je constatais l'horreur que j'avais, une fois de plus, fait, fixant de mes yeux vides d'expressions mes victimes. Mes victimes belles, heureuses et dont la vie promettait un avenir superbe. Non, elles n'auraient rien de tout cela, juste parce que j'avais refusé l'aide d'une amie incroyable. Je secouai la tête, les lèvres pincées, pour ne pas pleurer une nouvelle fois, malgré les quelques larmes qui étaient parvenues à s'échapper des mes yeux meurtris par ces images immondes. Et si c'était une nouvelle hallucination ? Que, finalement, j'étais toujours allongée paresseusement sur le lit d'Oméga ? J'étais si naïve ...Je retournais toutes les solutions dans mon esprit avant de m'y résoudre : je n'avais pas le choix. Seule ma meilleure amie pourrait me sortir de là. Il en allait de l'avenir de plusieurs dizaines de personnes ! J'avais déjà tué quatre humains, tous aussi innocents les uns que les autres, et savais que je pouvais recommencer à tout instant. Mais Oméga m'accepterait-elle toujours après ce second abandon ? Il était évident qu'elle m'en voulait, comment pouvait-il en être autrement ? Fuir ainsi, lâchement, par la fenêtre, en ne laissant qu'un message stupide, était un acte qu'une amie ne pouvait commettre.
Laissant les cadavres égorgés sur la nappe immaculée, je me levai, et retournai, penaude, vers l'hôtel.
Au bout d'une demie heure de marche lente, j'arrivai enfin à destination. Je montai au quatrième étage et retrouvai sans difficulté la chambre d'Oméga. La dernière sur la gauche, là où donnait l'arrière de l'établissement. Je tendis la main afin de frapper, avant de m'interrompre. J'avais un étrange pressentiment. Entrer était une erreur. Non pas pour moi, mais pour Oméga. Mais j'étais égoïste. Tentant de me convaincre que je le faisais pour ces innocents, et non pas pour ma petite personne, et toquai discrètement à la porte, sachant que ma meilleure amie l'entendrait clairement.
Puis, j'attendis. Une, deux, trois, cinq minutes, rien. Un silence total. Et, là, je compris que c'en était terminé. Qu'Oméga ne voulait plus de moi. Que, mêmes les plus plates excuses seraient tout bonnement inutiles. Que je l'avais perdue, à jamais... Je me laissai glisser le long du mur, laissant mes larmes couler, encore, la tête enfouies dans mes mains, les genoux contre mon torse, j'attendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Omega V. Porter

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 25
Race : immortelle
Date d'inscription : 17/04/2009

MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   Sam 9 Mai - 11:58

    Le jour s'était levé depuis bien lontemps et n'allait surement pas tarder à se coucher, mais un nuage cachait ses rayons et empléchait sa chaleur de parvenir à moi. Je grelottait, comme si il faisait extrêmement froid, alors que la journée avait été prévu belle et ensoleillée. Regardant encore et encore le parquet ancien du sol, c'était à peine si j'arrivait à me concentrer pour trouver des tâches dessus, ou des éclats. Je n'arrivais plus à réfléchir, ma tête était comme vide de neurones, ma vie était comme vide de sens. Je ne savais pas ce que j'allais devenir, après avoir échoué à ma tâche, qui cinsistait à aider une amie, ma meilleure amie. Mais elle était partie car elle ne m'aimait surement plus, ou alors, elle avait quelqu'un d'autre à aller voir... Lorsque je me rendi compte que j'étais de nouveau en train de penser, j'entendis un minuscule toquement de porte. J'étais habituée à entendre les invités des oisins frapper à leur porte, et en profitais souvent pour écouter leurs conversations. Ce fut là que je me rendi compte. J'étais malsaine. Hypocrite et horriblement égoïste. C'était surement pour cette raison que Eve m'avait quitté .. Pour la seconde fois. Repensant à ce souvenir, mon coeur explosa au fin fond de ma poitrine, comme si on m'y avait enfoncé un pieu .. Ce qui était bien dans les films ou les séries télé humaines, c'est qu'on sait parfaitement comment un vampire pouvait mourir, mais là, si j'aurai su, j'aurai tout fais pour que ça se fasse. Lentement, je décidai de me relever, et avec un miracle incompréhensible, mes jambes me tinrent jusqu'à la salle de bain. Je fis glisser ma robe sur le sol froid , me détacha les cheveux, bien décidée à les laver une bonne fois pour toute et alluma l'eau de la baignoire. Lorsqu'elle fut à une température correcte, même si je me souciais peu de la température, j'aimais quand l'eau était très chaude, j'entrai un pied après l'autre dedans et m'allongeai de tout mon long dans le liquide incolore. L'eau stoppa mes frissonnement et je me senti tout de suite mieux. J'ajoutais de la mousse dans la baignoire et me frottais le corps, comme si j'avais quelque chose à enlever. Une partie de moi que je refusais. Il me fallait changer, impérativement. J'attrappai ensuite le shampoing et en fis couler un peu sur mon crâne sale. Mes cheveux empestaient la terre et le sang de renard pourrit. Je réfléchissais de ce que j'allais faire de ma nuit, histoire de me bouger un peu. Mais j'avais faim, terriblement faim. Cel faisait environs 30 heures que je n'avais pas manger quoique se soit et mon ventre commençait à vraiment ronchonner. Je décidai donc d'aller chasser quelque chose d'ici la nuit et irai me ballader dans la ville. Après environs une demie heure de trampette, je sorti de la salle de bain, entourée d'une serviette au logo de l'hôtel et me planta devant mon armoire. J'en sortis, sans même prendre le temps de réfléchir, un vieux short en jeans et un t-shirt bien trop grand pour moi et les enfila rapidement. Je devais faire plus attention à mes affaires car, voulant être une vraie citadine, je devais apprendre à me les payer moi-même. Je réfléchissais encore et me rendi compte que les humains avaient un travail pour se payer tout ce qu'ils avaient, et que voler ne faisait pas partie des actes biens vus par la loi. Je devai trouver du travail. De toutes façons, étant inhumaine, ma capacité à apprendre était illimité et très rapide, et je n'aurai aucun mal à apprendre un métier. J'enfilai des vieilles tennis blanches, miraculeusement assorties au t-shirt, me brossai de nouveau les cheveux, les attachant en une queue de cheval haute et assez serrée, malgré les mèches trop courtes qui tombaient sur mon visage et me décidai enfin à sortir. Je cherchai les clés de la chambre quelques minutes, *toujours à se planquer celles là !* ronchonnai-je lorsque je les trouvèrent enfin. J'attrapai alors la poignet de la porte d'entrée, la poussa et sentis quelque chose empêcher ma sortie. Je forçai un peu plus, ne voulant pas rester coincée là éternellement, bien que je n'eus aucun mal à sortir par la fenêtre, et découvris, avec stupeur, Eve sur le paillasson de la porte, recroquevillée telle un foeutus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I can help you ||Eve   

Revenir en haut Aller en bas
 
I can help you ||Eve
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEAVE OUT ALL THE REST :: •• Hors de La Crosse •• :: • Forêt •-
Sauter vers: